La rencontre du temps - SaintFrancois

Aller au contenu


LA RENCONTRE DU TEMPS


L'anniversaire


Dans un premier temps, il est indispensable de présenter les personnages de cette aventure. Moi, Lucas, je porte une jolie paire de lunettes, et quelques tâches de rousseur me recouvrent le nez. Mes cheveux châtains retombent légèrement sur mes oreilles, et je me distingue de mes camarades par une taille supérieure. Jean-Baptiste est un garçon de 10 ans dont les cheveux blonds sont séparés par une raie située sur le côté. Avec Thomas, il est le plus petit du groupe. Benjamin est un peu plus âgé que nous (un an de plus), mais n'est pas plus grand que moi. Alexandre fête son anniversaire le jour de l'aventure. Ses cheveux blonds sont très légèrement bouclés. Remarquons également qu'il est passionné de chimie, ce qui explique que nous lui offrions tous des cadeaux en rapport avec ce domaine…
-" Arrête de nous faire attendre, et ouvre tes cadeaux, s'énerve Jean-Baptiste
-Bon, bah, d'accord, répond Alexandre. Apportez-les-moi !
-Tiens, voilà celui de tes parents
-Oh, la super mallette de chimie ! C'est génial ! s'exclame Alexandre
-Nous sommes vraiment désolés, les copains et moi, nous n'avons pas eu le temps d'acheter tes cadeaux, lui appris-je
-Ce n'est pas grave, dit Alexandre, un peu triste, pour nous rassurer
-Mais non ! C'est une blague ! crie Thomas à Alexandre en lui tendant un énorme paquet rempli d'accessoires de chimie.
-Merci beaucoup pour tout ça. Peut-être qu'on pourrait maintenant commencer à jouer à Napoléon sur mon ordinateur, propose Alexandre. Prenez tous une chaise, et on commence…
Au moment où Alexandre appuie sur la touche, plus rien…
L'arrivée sur l'île d'Elbe

Soudain, une forêt gigantesque nous entoure. La panique nous envahit, nous ne comprenons pas ce qui nous arrive…Le paysage ressemble étrangement à celui du jeu.
-" Qu'est-ce qu'on fait là? crie Alexandre.
-Je rêve…Je crois que nous sommes rentrés dans le jeu, s'étonne Thomas.
-Non, non, ce n'est pas possible, dis-je pour les rassurer. Je suis sûr qu'Alexandre est en train de nous faire une blague.
-Je suis d'accord avec Lucas, affirme Benjamin, légèrement effrayé.
-Mais si, regardez, c'est exactement les mêmes décors que dans le jeu, remarque Thomas.
-Oh, non ! Un orage va bientôt tomber sur nous ", s'exclame JB.
Une forte pluie nous arrose brusquement, et nous nous réfugions alors à l'intérieur de la forêt. Perdus, nous apercevons au loin une grande demeure. Je propose de nous en rapprocher…

 La rencontre avec Napoléon

Arrivés aux pieds du grand manoir, des gardes très saouls nous accostent pour nous proposer des pintes de bière. Pensant qu'il s'agit d'un bal costumé, nous les félicitons de leur déguisement. Soudain, un homme en costume de Napoléon sort de la demeure.
-" Encore un déguisement super bien fait, s'exclame Jean-Baptiste.
-Regardez ! Il a le même visage que Napoléon, remarque Thomas. "
D'une taille assez moyenne, Napoléon impose pourtant par sa prestance. Ses yeux noirs vous dévisagent d'une façon féroce, et sont craints par ses ennemis. Sa main appuyée contre sa poitrine lui donne un air extrêmement autoritaire. Il possède de beaux et courts cheveux bruns
souvent cachés sous son majestueux chapeau. Son visage rond ne lui fait pas perdre de sa fierté, et représente une beauté assez spéciale. D'une façon générale, on peut affirmer que Napoléon se caractérise par une certaine grâce.
-" Mais non ! C'est vraiment Napoléon ! Nous devons être sur l'île d'Elbe après avoir fait un bond de 200 ans en arrière, reprend Benjamin.
-Evidemment que je suis le vrai Napoléon !! Et vous êtes bien sur l'île d'Elbe ! Qu'est-ce que vous faites là, les enfants ? Le site est interdit aux Français.
-Nous étions en 2006 en train de fêter mon anniversaire, lorsque nous avons été projetés ici, explique Alexandre avec un air apeuré.
En 2006 !? Que me racontez-vous encore comme mensonge ? Quelle est cette façon de s'habiller ? Vous ressemblez aux bouffons de l'ancien roi Louis XVI. Retournez immédiatement auprès de vos parents !
-Comment voulez-vous que nous rentrions chez nos parents, puisque nous venons réellement du vingt-et-unième siècle, répondis-je. Regardez mon agenda ! C'est la preuve que nous sommes réellement arrivés ici de 2006.
-Bon, cela me paraît bien étrange, mais je vous crois ", murmure le grand homme.

Le fameux plan

-" Accompagnez-moi discrètement à l'intérieur de ma cellule, et nous pourrons discuter plus calmement, nous ordonne l'empereur.-Mais vous êtes fou, ce serait beaucoup trop dangereux pour nous, car les gardes encerclent le manoir, s'effraie Alexandre.
-Non, non, la voie est libre, les soldats sont tous endormis maintenant ", annonce Thomas après avoir examiné les lieux.
Après quelques hésitations, nous finissons par suivre l'ancien général dans sa demeure. Assez surpris, nous découvrons une décoration très luxueuse pour une prison. De nombreux tableaux tapissent les murs, et les tables sont recouvertes de marbre. Arrivés dans la chambre de Napoléon, celui-ci nous propose de l'aider pour échapper à ses geôliers.
-" La France me manque, et je compte bien récupérer prochainement le pouvoir, proclame Bonaparte. Aidez-moi.
-D'accord, tout le monde ici a vu Mission Impossible ? Nous n'avons qu'à étouffer les gardes et s'enfuir de la maison pour récupérer un bateau sur la plage, propose Jean-Baptiste.
-Mais non ! Reste sérieux ! Il s'agit d'une affaire très grave, crie Benjamin
-Demain, nous soûlerons les gardes à l'aube, et nous prendrons un bateau pour ramer jusqu'à Marseille. Ensuite, nous remonterons jusqu'à Paris, après avoir récupéré l'armée napoléonienne, repris-je.
-Cachez-vous sous mon lit, et nous commencerons cette dangereuse aventure demain matin ", nous déclare le grand homme.
Après une nuit peu confortable, nous décidons de suivre le plan proposé par moi.
La fuite
Je sors du manoir en premier suivi de Thomas, Benjamin, JB, et Napoléon qui ferme la marche. Thomas est allé chercher du rhum. Ce dernier, Benjamin, Jean-Baptiste tiennent le soldat, Napoléon lui ouvre la bouche, et moi je lui verse l'alcool, et nous refaisons ce petit jeu à tous les soldats qui sont sur la route de la petite barque.
Quand nous y arrivons, nous fixons quelques règles : nous ramons à tour de rôle, nous ne nous reposons pas n'importe quand, et l'Empereur doit aussi respecter le règlement. C'est moi qui commence à ramer en direction du port le plus proche de France. Quand Napoléon ne rame pas, il nous guide. Nous arrivons au tour de l'Empereur, mais au bout de 5 minutes, il est déjà exténué, mais nous l'obligeons tout de même à ramer. Tout à coup, il devient tout rouge, et jette JB par-dessus bord ; nous croyons qu'il a l'intention de nous tuer. Nous aidons Jean-Baptiste à remonter à bord. A ce moment, Nous pensons tous à la même chose, nous poussons le grand homme dans l'eau. Il crie : " Au secours, je ne sais pas nager !!! ". Soudain, le groupe se précipite vers lui pour le secourir. Maintenant, tout reprend un rythme normal, lorsque Benjamin s'écrie : " Terre en vue, terre en vue ! ".

La France

Arrivés à Dieppe, Napoléon décide de rejoindre l'un de ses anciens camarades, aujourd'hui devenu tavernier. Celui-ci accepte de nous prêter des chevaux pour atteindre le plus rapidement possible Paris. N'étant pas habitués à monter à cheval, nous mettons presque une journée pour rejoindre la capitale, sans compter le temps perdu dans les arrestations. Mais Napoléon réussit à rallier à lui tous les soldats de Louis XVIII, avec des discours extraordinaires. A Paris, le grand homme arrive, acclamé par des milliers de personnes et de soldats. Il reprend alors son trône sans beaucoup d'efforts, et tient à nous récompenser par la légion d'honneur et de nombreuses pièces d'or.
C'est alors qu'au même moment, dans un monde parallèle, la mère d'Alexandre trébuche malencontreusement dans la chambre de son fils, et tombe sur le clavier de l'ordinateur. Nous sommes tous replongés brutalement dans le vingt-et-unième siècle. 


Je déclare alors : " au moins ici, nous ne ressemblerons plus à des bouffons, et nous pouvons enfin manger à notre faim ! "



Retourner au contenu