Un jeu pas comme les autres - SaintFrancois

Aller au contenu


UN JEU PAS COMME LES AUTRES


Chapitre 1


L'anniversaire

DLIG ! DLIG ! Aujourd'hui c'est l'anniversaire de Quentin. Il fête ses 11 ans. Ses amis viennent d'arriver. Il court leur ouvrir.
- Salut ! dirent ses deux copains nommés Arthur et Kevin.
(Arthur et Kevin, sont les jumeaux de la famille Artinsonne).
- Entrez ! dit Quentin, et venez dans ma chambre.
Peu après les trois amis se retrouvent devant la porte de la chambre. Celle-ci a une moquette rouge, du papier peint jaune et un plafond blanc. Un lit est placé contre le mur de la large fenêtre, sur le mur de droite une grande armoire en noyer et une étagère avec une télévision, dessous sont rangés des jouets. En face, il y a un bureau avec un ordinateur, une bibliothèque qui comporte au moins deux cent livres dont un quart sur Napoléon et à côté, une étagère avec plein de jeux d'informatique et de société. Quentin propose à ses deux amis de jouer sur l'ordinateur.
- O.K. crie Kevin.
- On prend SIMS ! propose Arthur
- Si vous voulez.
Les jumeaux et Quentin allument l'ordinateur et installent le jeu. Ils jouent pendant environ une heure.
- Les enfants, c'est l'heure de goûter, crie la maman de Quentin.
- Chouette !
Arrivant dans la cuisine, les enfants restent bouche bée. Devant eux, se dresse un énorme gâteau au chocolat orné de onze bougies, six paquets de bonbons ainsi que deux bouteilles de boissons gazeuses sont posés à côté. Les trois amis mangent tranquillement. Quentin est brun aux yeux verts et plutôt maigre, ce qui ne l'empêche pas de manger plus de bonbons et de gâteau que les autres alors que d'habitude il ne mange rien.
Après le goûter, les jumeaux et Quentin partirent ouvrir les cadeaux dans le salon.
- On commence par le mien ? demande Kevin
- Si tu veux. Dit Quentin
Kevin offre à Quentin la toute nouvelle voiture télécommandée Hotilisle.
- Merci beaucoup, mais nous n'avons plus de piles j'ai utilisé les dernières ce matin pour mon réveil, s'exclame Quentin
- Tant pis, on jouera un autre jour, répondit son ami.
- Maintenant, le mien ! s'écrie Arthur.
Arthur lui a offert le jeu informatique " AGE OF EMPIRE III ".
- Merci les amis.
- On essaye le jeu d'ordinateur ? questionna Arthur.
- O.K. dirent les deux autres.

Chapitre  2

Napoléon

Les jumeaux installent le disque du jeu. Quentin appuya sur le bouton démarrer, quant soudain ils sont aspirés par un tourbillon très violent. Ils atterrissent dans un jardin entouré de fortifications. Un peu secoué les trois enfants ne voient pas tout de suite la présence d'un homme vêtu d'habits usés ressemblant à ceux de l'époque de Napoléon. Surpris Kévin demanda :
- Qui êtes vous ? Et où sommes nous ?
- Comment vous ne me reconnaissez  pas, moi, le grand empereur Napoléon !
- Ca alors !s'étonna Quentin.
- Donc si vous êtes Napoléon, vu la façon dont vous êtes habillées je suppose que nous sommes sur l'île d'Elbe ou vous avez été exilé. Est ce que c'est ça ?demanda Arthur.
Napoléon acquiesce.
- Oh ! Alors racontez nous, comment avez-vous gagné la bataille  d'Austerlitz ?
Les enfants posèrent plein d'autres questions, et Napoléon y répondit avec patience.
Plus tard les enfants demandèrent :
- Voulez vous vous enfuir de cette île et reconquérir votre trône ?
- Je ferai tout pour y arriver mais c'est impossible car les anglais ne sont pas très loin…
- Rien n'est impossible !s'exclamèrent les trois enfants.
-Comment comptez-vous vous y prendre ?
- Les gardes aiment l'alcool ? demanda Arthur
- Oui
- Bon bas le problème est réglé.
- Ce n'est pas si facile d'atteindre la cave, rappelle Napoléon. Et puis comment aller vous le leur donner ?
- Qui vous a dit que ça sera nous qui allons le leur donner ?
- Vous voulez que je leur donne ?
- Oui
- Après tout pourquoi pas.
- je veux bien ! dit alors Napoléon avec un air grave.
Napoléon était un petit homme de petite taille et d'environ 40 ans. Il avait les cheveux courts et noirs. Les yeux étaient de même couleur, ses oreilles était recouvertes d'un chapeau qu'il ne quittait jamais et il était habillé à la façon militaire  de son époque.



Chapitre 3

L'alcool


Napoléon, Kevin et Arthur surveille qu'il n'y ait pas de gardes pendant que Quentin prenait les bouteilles d'alcool qu'il donna à Napoléon qui les mit dans sa loge.
- Maintenant on attend ce soir que le bateau de marchandises arrive à 6H30 puis on le prendra à l'assaut. Il n'est pas très grand et comporte un équipage qui est devenu esclave parce qu'il m'était resté fidèle ; dit Napoléon.
Le même soir Napoléon proposa du cognac aux deux  gardes qui surveillent la loge.
- Les gardes ne sont pas très intelligents, dit Kevin en les assommant avec le manche de leur fusil, car il en avait mare de les entendre chanter.
- On descend au port avant que les autres gardes soient alertés, dépêchez-vous aboya Napoléon
- Voilà le bateau ! crie Kévin qui était arriver le premier.
- Il y a aussi des gardes ! s'affola Quentin
- Ceux-là, sont des gardes impériaux de Napoléon, pas de Louis XVIII ! murmure Arthur, cela se voit que vous n'écoutez pas en classe  car c'est grâce à eux que Napoléon a pu partir de cette île.
Ils prirent une barque qui traînait par là et ramèrent le plus vite possible pour atteindre le bateau.

Chapitre 4

Voyage


Quand tout l'équipage vit Napoléon, ils se mirent à crier de joie et se révoltèrent  contre les gardes qui les faisaient ramer. Nous sommes restés bouche bée, mais Napoléon lui n'avait pas l'air étonné.
- Que fait-on maintenant ? dit Arthur
- Dites à tous les marins de reprendre leur poste et de mettre le cap sur la Provence ; dit Napoléon l'air grave.
Le voyage se passa sans encombres, Napoléon était toujours enfermé dans sa cabine et nous n'avions pas le droit d'y entrer.
Nous arrivâmes en Provence, mais malheureusement une armée du roi Louis XVIII nous attendait.
Mais Napoléon dit
- Soldats de la grande armée, vous n'êtes pas des hommes de Louis XVIII mais de Napoléon Bonaparte car vous portez toujours mon emblème alors ranger vous à mes côtés.
Sur ces mots les gardes s'exécutèrent.
- On a eu chaud ! dit Quentin
- Je savais qu'ils allaient le faire dit Arthur, car en histoire il se passe la même chose sauf qu'il n'y a pas d'enfants.
Napoléon, Quentin, Kevin et Arthur ainsi que les troupes montèrent vers la capitale en passant par les Alpes. Durant le voyage, Napoléon rallia beaucoup de soldats à l'armée ; même les soldats chargés de l'arrêter se rangèrent à ses côtés.

Chapitre 5

A Paris

L'armée arrive donc à Paris où elle compte attraper Louis XVIII (roi qui remplaça Napoléon) mais il s'était enfui. Plus personne n'entendit parler de lui.
- Où allons-nous ? demanda Quentin - Aux Tuileries je vais vous les faire visiter répondit Napoléon.
Arrivant là-bas nous fûmes surpris de ce que nous avons devant nous. Nous l'avons pourtant pas mal de fois visité mais là c'était différent car il n'y avait pas de touristes.
- C'est fou ce que ça change ! s'exclama Kevin
- C'est votre temps qui change sinon cette demeure à toujours été comme cela ; ajouta Napoléon.
Arrivant dans la salle du trône nous fûmes étonnés de voir une centaine de personnes qui acclamèrent Napoléon à son entrée. La salle était ornée de peintures de petits anges. Le trône était dressé sur une estrade. Le mur derrière était peint d'un énorme aigle de couleur or entouré d'abeilles de même couleur.
- Je vais vous présenter mes commandants.
Nous fûmes une fois de plus ébahis. Voir d'un coup les personnages que nous avions étudiés, était pour nous extraordinaire.

Chapitre 6

L’heure de gloire

- C'est votre heure de gloire dit Napoléon
A ces mots toute la salle forme un demi cercle autour du trône et des enfants. Un valet apporta une boîte de bois verni orné d'un aigle doré appartenant à Napoléon. Il ouvrit la boîte et nous découvrions à l'intérieur, trois belles décorations ornées d'un diamant en forme d'aigle doré suspendues à un ruban rouge.
-  Mes chers petits amis, j'ai l'honneur de vous décorer de médaillons  qui vous feront membres de la légion d'honneur ; proclama Napoléon avec un grand sourire.
Et là, d'un coup, les jumeaux et Quentin furent parachutés sur la chaise de l'ordinateur. Et oui, ils étaient revenus à leur époque et en même temps ils regardèrent l'ordinateur : la salle où ils avaient été proclamés participant de la légion d'honneur était toujours en train d'écouter Napoléon qui décorait trois petites personnes.
- Ah ! Vous voilà dit la maman de Quentin ça fait une heure que je vous cherche.
- On jouait à cache-cache, dit Kevin
La maman sortit de la pièce et les trois amis se firent un clin d'œil.
- Et maintenant, vous jurez de ne rien dire à personne, dit Quentin.
- Oui.
Dling ! Dling !
- A demain les amis.
- A demain.


Retourner au contenu